ÉMOTICÔNES VIVANTES

Non classé

Aujourd’hui, nous nous sommes habitués à profiter des outils numériques dans notre quotidien. Ce croisement des deux mondes change notre comportement dans la communication. Langage international qui permet aux communicateurs d’exprimer les émotions, les émoticônes nous aident à enrichir les phrases sèches du texto. Je souhaite transposer ce langage virtuel dans le monde réel pour que les citoyens puissent laisser de côté les machines pour un petit moment et se rapprocher physiquement et s’exprimer librement dans l’espace public.

ÉMOTICÔNES VIVANTES est un projet qui encourage les citoyens à profiter de l’espace public comme un lieu de rencontres, de représentations, de loisirs et d’échange.  Chacun est invité à posséder l’environnement urbain comme scène d’expression personnelle et collective.

Évidemment, depuis la naissance de WEB 2.0 qui permet à chaque individu de contribuer, de partager et de collaborer sur le web, la façon de communiquer est devenue de plus en plus virtuelle et délocalisée. Le principe de l’espace public est redéfini. Les émoticônes, considérées comme un langage de la communication virtuelle et internationale, sont énormement utilisées chaque minute à tous les coins du monde.

Le projet créé s’applique à relier les citoyens et l’espace urbain, à rétablir la communication physique entre les habitants.  Tous les individus peuvent exprimer leur émotion en public à l’aide d’une série d’objets. Il s’agit un projet qui s’adresse au public âgé entre 8 et 50 ans, compte-tenu que ces générations utilisent habituellement différents outils de la communication numérique. Chaque objet est un écran personnel qui permet à son possesseur de s’exprimer en public et qui permet aussi aux cocitoyens de se connaître et d’échanger des idées.

ÉMOTICÔNES VIVANTES sera réalisé pour la première fois dans le Quartier Wellington-De l’Église du 5 au 8 juin 2014, à l’occasion de la Vente-trottoir.  Ce quartier est situé au centre de Verdun, un des arrondissements les plus âgés de Montréal. Le métro y traverse et amène chaque jour les résidents au centre-ville qui est tout près. Depuis 2000, 5110 unités de condos sont construites à Verdun. Ils attirent des jeunes couples professionnels de 25 à 39 ans qui s’y installent. Ils représentent aujourd’hui 26% de la population.  Cette tendance change la structure des commerces et des activités sur la rue Wellington. Arrondissement méconnu de Montréal, Verdun a besoin de s’exprimer et d’être découvert. Au lieu de rester devant un écran et de bavarder avec quelqu’un de lointain, les nouveaux résidents ont besoin de rencontrer physiquement leurs voisins et de connaître le quartier.

À la suite de la première réalisation en collaboration idéalement avec la société du Promenade Wellington, nous pourrions prévoir une extension du projet dans d’autres quartiers de la ville ou à l’extérieur du pays.

Nous vivons dans une ère où le réel et le virtuel se croisent. Les machines numériques ont pénétré progressivement notre vie quotidienne et nous comptons de plus en plus sur les nouvelles technologies. L’espace public est devenu mobile. La localisation d’une personne est de moins en moins importante. Cette révolution numérique apporte un grand changement comportemental. Le monde est devenu village, mais les habitants connaissent de moins en moins leur quartier ni leurs voisins. L’intention principale du projet est de permettre aux citoyens de réfléchir sur ce changement de comportement et de découvrir à exprimer leur état d’âme en public. Le projet offre aux habitants une occasion de lever les yeux et de s’engager physiquement avec son quartier ainsi que les uns avec les autres. Il y a cinq objets qui nous aideront à exprimer nos émotions en public du 5 au 8 juin 2014 dans le quartier Wellington – De l’Église. Ce sont : É-carte, É-lanière, É-ffiche, É-M. et É-Mme. É-carte est un glossaire d’émoticônes en forme d’accordéon. Il met en relation effectivement tous les autres objets du projet. Avec ce guide, les gens comprendront et ils utiliseront correctement les 18 émoticônes du projet. C’est un objet personnalisé pour la communication de tous les jours : 18 cartes de message. Au verso de chaque carte, on peut écrire un texto. Les gens peuvent choisir une émoticône pertinente selon ce qu’ils veulent exprimer. É-lanière permet aux participants d’exprimer leur émotion du moment. Elle comprend deux parties : une lanière de vinyle et une fiche de profil. Elle sera utilisée dans un milieu de rencontre : trois bars du quartier. Chaque bar créera une atmosphère de conversation unique en lien avec les préférences personnelles de musique, de littérature ou de jeu social. Toutes les personnes qui participeront à l’activité, recevront une É-lanière. La lanière vinyle qui se compose d’environ 16 émoticônes permet au participant de changer l’émoticône quand il le désire pendant l’activité. À la fin de l’activité, ils pourront échanger les livres, les disques de musique ou les jeux qu’ils apportent à l’activité. É-ffiche permet aux résidents d’exprimer leur émotion du jour. C’est en effet un « cintre-porte » qui a 9 cartes de 18 émoticônes annexes. Tous les habitants de 5 rues résidentielles du quartier (Galt, Gordon, Rielle, Willibrord et 1ère Avenue) sont invités à y participer. Ils sont libres de choisir une émoticône et de l’accrocher sur à la poignée de leur porte avant de partir chaque matin. Elles seront visibles de la rue. Ce sont de petites fenêtres ouvertes qui permettent aux passants d’imaginer les histoires qui se passent à l’intérieur. É-M. et É-Mme sont deux petits bonhommes en carton imperméable. Chaque bonhomme est installé sur un support qui peut être installé sur la pelouse. 36 É-M et 36 É-Mme représentant 18 émoticônes seront installés dans le Parc Monseigneur-J-A-Richard qui longe le fleuve. Comme une invitation visuelle, les gens curieux s’approcheront naturellement et se promèneront entre les bonshommes. Les passants seront invités à écrire une histoire reliée à l’émoticône pertinente sur une feuille de papier qui sera ensuite accrochée sur le support du bonhomme correspondant. Des ateliers d’É-M et d’É-Mme aideront les participants à fabriquer eux-mêmes leur bonhomme à l’aide d’un kit. En bref, « Émoticônes vivantes » est un projet qui incite les gens à s’éloigner des écrans pour un petit moment. Le but du projet est de rétablir la relation entre les habitants et l’espace urbain local, de promouvoir le contact entre les habitants.