Je me souviens exposant 5

Culture, Expérience collective, Histoire, Multimédia

Les rassemblements sont une part importante de l’expérience urbaine. Ils sont de multiple nature, échelle, intention, finalité, importance… Quels qu’ils soient, ils deviennent des événements constitutifs de société, des marqueurs d’identité. Par contre, certains lieux significatifs sont oubliés et ne laissent aucune trace de ces moments importants de l’Histoire du Québec.
Le rassemblement est donc le dénominateur commun de la vie de tout espace public. L’intention des interventions est de rappeler et de faire ressortir les valeurs humaines et les impacts urbains significatifs d’événements montréalais à l’aide d’installations interactives vidéographiques, photographiques et sonores, placée à différents endroits marquants de la ville.

Les rassemblements sont des éléments forts de notre de l’évolution et de l’Histoire d’une société. Ceux-ci sont des marqueurs importants de notre identité. Une multitude de gens, résidents ou touristes, sillonnent les rues de Montréal et se rendent dans des lieux publics sans savoir qu’ils se trouvent à un endroit important de la construction de l’identité de la Québécoise. L’évolution de la ville fait en sorte que certains de ces endroits sont transformés et ne font presque plus référence au passé. Pour pallier à ce fait et pour se rappeler les foules présentes antérieurement, il serait possible de créer une installation photographique, vidéographique et/ou sonore à des places stratégiques de la métropole. Que ce soit au Gésu, au Lac aux castors, à l’hôtel de ville de Montréal, le viaduc Berri ou encore le Forum de Montréal, les passants, les touristes et les résidents pourront participer à ce rappel d’effervescence urbaine. Ils pourront avoir accès à des images marquantes de grands rassemblements culturels, sportifs et politiques. Ce projet serait présenté durant la saison estivale, pour profiter de la présence de la population dans les rues et les parcs. Pour soutenir ce contexte, et recontextualiser la foule, une signalétique générale relirait visuellement chaque intervention. Celles-ci sont installées aux mêmes endroits que les événements passés pour que les observateurs aient le même point de vue que quelqu’un qui était présent avant. Ces images sont disposées de façon à changer la perception des gens grâce à des photos, des vidéos et des sons de foules qui fréquentaient ces lieux quand ils se sont produits. Les images présentées sont fixes durant la journée, mais lorsque le soleil se couche des projections s’y ajoutent sur les bâtiments ou sur des écrans pour ajouter à l’immersion. Celles-ci peuvent être changées et peuvent même être présentées par le public par l’entremise d’une application de téléphones intelligents.

Cette mise en œuvre est un moyen de se souvenir, pour marquer le moment présent, mais aussi pour inviter les gens à participer aux événements à venir. Le but de ces projets est de prouver que de sortir dans les lieux publics pour consommer et défendre notre culture et notre identité engendre un sentiment de communauté et d’unicité dans l’esprit des personnes présentes dans ces foules.

Les rassemblements sont une part importante de l'expérience urbaine. Ils sont de multiple nature, échelle, intention, finalité, importance. Quels qu'ils soient; religieux, sportifs, politiques ou culturels, ils deviennent des événements constitutifs de société et des marqueurs d'identité. Le rassemblement est donc le dénominateur commun de la vie de tout espace public. À travers des installations posées à des endroits stratégiques dans la ville, Le Gésu, l'hôtel de ville de Montréal, le Lac aux castors, Le Forum de Montréal, le viaduc Berri, les citoyens peuvent avoir accès à des représentations d'images marquantes d'événements festifs, culturels, sportifs, ou politiques de Montréal, ainsi qu'à des changements de perception de ces rassemblements passés. Ces endroits seront des reconstitutions d'éléments marquants de notre histoire illustrant des images vidéographiques et photographiques en grands formats pour créer une mise en scène immersive..........De plus, lorsque la nuit tombera des images en mouvements s'ajouteront à celles déjà présentes. Ces vidéoprojections rappelleront l'ambiance de ces instants d’effervescence. Les passants ou les participants peuvent faire déclencher le son, et les images en passant devant un détecteur de mouvements. Ils peuvent donc revivre ce que les participants de l'époque vivaient. Le jour, cette réaction de la fausse foule sera mise de l'avant seulement par le son et quelques fois par des images photographiques, mais le soir venu les images projetées s'activeront pour montrer ces événements passés. Les passants, les touristes ou tout simplement les résidents de ces quartiers seront interpellés par les sons et la lumière présents dans chaque lieu. Tout comme l'œuvre de Rafael Lozano-Hemmer, Intersection articulée, installée dans cette espace publique, elle appelle à la participation des passants tout en gardant un message sous-jacent. L'identité culturelle est importante et «c'est à votre tour de la transmettre, d'en parler, de l'amener dans la rue parce que notre culture il faut la faire voyager et surtout il faut la défendre».1 Que ce soit pour ce souvenir d'événements passés, pour marquer le moment présent dans l'interaction e ou pour inciter les gens à participer aux événements à venir, le but de ce projet est de prouver que les rassemblements quelqu'ils soient peuvent forger l'identité d'une société.